Un peu, beaucoup 2015

... est une ode à l’amour, aux crêpages de chignons, aux malentendus, à l’érotisme, à la réconciliation et aux happy ends…

Ce concert-spectacle, propose une série de chansons et de musiques faisant honneur à ce que nécessite tout être humain normalement constitué, l’AMOUR !
Un, deux… un, deux, trois, quatre battements de cœur.
Homme-femme, femme-femme, homme-homme et en avant pour le bal !

Nous retrouverons donc, une chanteuse et un chanteur (toujours) de charme, trois saxophones (toujours complices), une contrebasse (toujours profonde), un accordéon (toujours sensible)...

Un petit décor et une scénographie idoine complètent la magie des mélodies, des refrains et des couplets. Pour ce qui est des costumes, la feuille de vigne n’est pas ce qui nous va le mieux...

Aux notes, avec tendresse et quasi sans sonorisation :

Isabelle Sommer - Chant
Etienne Privat - Chant
Elodie Guyon - Accordéon
Luis Alberte - Saxophone soprano
Philippe Clerc - Saxophone ténor
Jacques Vincenti - Saxophone alto
Jean-Luc Riesen - Contrebasse

Musicalement

Un duo amoureux se conte fleurette Sous les palétuviers et Juliette Greco implore Déshabillez-moi.
You can leave your hat on met en scène un strip-tease original alors que Oh la douceur, en contrepoint nous rappelle que rien ne vaut la tendresse.
Johnny Halliday nous gueule Que je t’aime pendant que Gainsbourg tire les ficelles de Je t’aime moi non plus.
Magali Noël nous présente son ami Fais-moi mal Johnny juste avant Oh douce nuit.
Un duo brésilien nous enchante Eu se que vou te amar alors que Boby Lapointe nous conte son Insomnie.
Jean Yanne s’enamoure d’Albert pendant que Trois petites culottes volent au vent...
Colette Renard se répand en confidences au Confessional, au présent, au passé, et surtout au Subjonctif Rock.
Dalida prend la Parole, Gainsbare nous annonce Je suis venu te dire que je m’en vais et c’est le moment de vous annoncer que quelques 78 tours vous feront également danser...

Fiche technique

Un peu, beaucoup est majoritairement interprété de manière acoustique.
Nous avons besoin d’un espace scénique de 8 mètres de large sur 6 mètres de profond.
Si le spectacle a lieu de nuit, nous avons bien évidement besoin d’un éclairage idoine.